Bonne fête ma fille !

Rosalie titi Parishat a aujourd’hui 3 ans… Déjà! 🙂
Une bougie de plus à souffler avec nos enfants nous fait réaliser aussi que nous grandissons, veillissons…

3 ans à quelques heures prêts où ma femme a fait un effort surhumain de plus de 20h de travail…Un miracle.

Ah oui au Québec au lieu de dire « Bon anniversaire » ou  » Joyeux anniversaire » on dit « Bonne fête ».

Bonne fête ma grande fille!
Papa qui t’aime.

20140502-082207.jpg

Les documents de mon père

Mon père a toujours été fasciné et attiré par l’histoire. Il a dû être historien dans une ancienne vie!

Quand mon père me partage ses documents sur notre histoire, notre pays le Laos…et surtout pour notre projet ça n’a pas de prix… 🙂
Des écrits transmis entre lao depuis les 20 dernières années et qui n’ont jamais été dévoilés sur le Web ni un média.

Je dois m’y remettre.

20140501-195302.jpg

Au revoir ma grande soeur

Je ne veux pas écrire un article triste sur la séparation des membres de la famille. On a tous connu ça, au moment de l’embarquement, surtout nous, les expats. Ma grande sœur, Nathalie, vient de repartir ce soir en France avec son mari et mon neveu après 3 semaines de vacances.
Ils ont pleinement profité de la ville de Québec, de Montréal et, surtout, de Rosalie alias « Titi »!

Je sais que je parle souvent à mes amis ou collègues québécois de ces sentiments et états d’âme parfois complexes et ambigus que nous, immigrés, pouvons ressentir dans ces moments-là. Il n’y a pas de mots pour décrire ça.
Pour le vivre et le comprendre, il faut avoir ce statut… Et j’ai fait ce choix qui m’appartient.

Souvent, il est vrai je me pose la question avec des « si » : si j’habitais encore en France, si je n’étais jamais venu ici au Québec, et si ma femme était Française (euh… non, pitié! lol!). Verrais-je autant ma grande sœur et le reste de ma famille? Je n’ai pas de réponses et je n’en aurai jamais, car la vie est faite comme ça : des hauts et des bas, de la joie et de la tristesse, des échecs et des succès…

Je défile dans ma tête les 30 dernières années de ma vie avec ma grande sœur. Je tente de retenir mes larmes. Chose certaine, nous nous reverrons de l’autre côté de l’océan, ma grande sœur.

Ton petit frère qui t’aime.

20140429-183411.jpg

Cogito ergo sum 3.0 : La seconde révolution du Web est là

En lisant cet article ce matin, je me rends compte que l’Internet que j’ai connu en 1998 a enfin un second souffle… La vraie révolution de l’Internet 3.0 que j’attendais est bien celle-ci; le Web 2.0 l’a simplement accéléré.

Nous sommes des êtres communicants avec des besoins physiologiques de sociabilité de plus en plus exigeants… On attend tous un SMS ou un courriel ou un « like » sur Facebook, comme un enfant qui attend une réaction positive.

Les objets connectés vont amplifier ces stimuli techno-dépendants…
J’y vois, certes, des occasions d’affaires en or pour les marques, les consommateurs, les entreprises B2B, les agences Web ou du pub… Mais la vraie question est : sommes-nous en train de perdre notre humanité avec les 80 milliards d’objets connectés d’ici 2020?

Aimer ou activer un « smiley » en battant des cils avec ses Glass à la vue de la photo du nouveau-né d’un ami remplacera-t-il une caresse sur sa joue et une accolade sincère de félicitations aux parents?

Je n’ai aucune réponse à ces questions… ni de théories socio-psychologiques ou philosophiques, mais il est un peu vrai que j’ai perdu ces gestes loin de ma famille derrière un écran, à 6000 km et 6 heures de décalage depuis 2009.

Pour moi, ces objets connectés vont m’aider à avancer, à évoluer, à apprendre et à rester en contact différemment avec mon milieu personnel et professionnel.

Peu importe vos vies dans l’espace-temps qui vous sépare ou vous rassemble, profitez du moment présent avec votre famille et les gens que vous aimez.

20140424-084845.jpg

Mon père et moi au camp

Voici la 1re photo de mon père et moi au camp de réfugiés à Nonghkaï en Thaïlande en février 1976.

Mon père m’a souvent parlé et décrit la vie dans ce « no man’s land ».
Imaginez la situation : quitter son pays, le voir au loin à quelques kilomètres de l’autre côté du fleuve Mékong qui sépare les Laotiens de leur mère patrie.

Je sais que des milliers de familles ont vécu ces moments difficiles.
Ils n’avaient pas le choix. Pour certains, c’était une question de vie ou de mort.

20140418-202837.jpg

Tout a commencé le 2 mai 2011 à 2 h 18

Je devais bien rédiger un article sur ma fille puisque c’est à sa naissance que tout a réellement commencé… ou presque!

Rosalie (surnommée « Titi ») est née à Montréal après un accouchement de 23 heures!
Je n’aurais pas pu supporter cela, mais j’ai soutenu ma femme moralement! 😀
Quelques heures après la naissance, mon projet a pris forme dans mon esprit…

À suivre…

20140417-202101.jpg

Rosalie, alias « Titi », alias « Parishat ».
Parishat est un prénom lao d’origine thaï donné par mes parents.
C’est le nom d’une fleur qui pousse au paradis bouddhique. La personne qui la sent se souvient des amours de sa vie sur terre…


Everything has started on May, 2nd at 2.18 am

I should logically publish on my personal blog a good article on my daughter.
Rosalie*  was born in Montreal after 23 hours of effort from my wife!
Impossible to support this incredible pain but I supported my wife morally ! Men’s job!
A few hours after miracle of life, I had a vision, something to do, something to create, something transgenerational because I am a father since this day.

To be continued …

*Rosalie has two nicknames i.e  aka « Titi  » and « Parishat ».

Parishat is an original surname Lao/Thai given by my parents.
This is the name of a magical flower growing up into Buddhist paradise. The person who smells it, remembers all loves in ancient life on earth.